Noam Galai raconte l’histoire de son graffiti récupéré et utilisé des centaines de fois sans son autorisation.